L’équitation de nos jours

Jean Saint-Fort-Paillard:
« Il est question de repenser l’équitation, pas de la réinventer. »
« Nous sommes supposés sortis des temps de l’obscurantisme, de l’empirisme,de la cruauté? Mais le sommes nous vraiment? »

Dominique Olivier:
« L’instrumentation en bio-mécanique permet de vérifier le bien fondé d’un savoir faire. Mais elle ne permet pas de ré-inventer l’équitation. »

Question à Baucher:
Mais quelle qualité faut-il pour être reconnu  comme un maître?
Réponse de Baucher
« L’appréciation exacte des forces »

Jean D’Orgeix:
« Léquitation est une chose simple, elle nécessite de l’intelligence, de la psychologie, de la volonté servie par assez de sentiments et de talents. Mais que ces qualités soient contrôlées par la logique et ce solide bon sens qui seul permet d’aller à l’essentiel. »

Saint Exupery:
« L’essentiel c’est la recherche de l’essentiel ».
« La perfection ce n’est pas quand il n’y a plus rien  à ajouter, mais quand il il n’y a plus rien à retirer. »

Article d’Henri Daffos LA MUSCULATION DU DOS ?..un faux problème…

Article d’Henri Daffos

LA MUSCULATION DU DOS ?..un faux problème…

« Il est au nécessaire développement musculaire du cheval ce qu’est l’astrologie à l’astronomie: il n’a d’importance que pour ceux qui y croient »

J d’Orgeix

A l’instar de JDO, je ne crois pas que le dos ait besoin d’être « musclé » spécifiquement, de façon systématique, car tout le travail de musculation fait en général sur le cheval et que ce soit EED… variations d’allures… galop rassemblés etc… se reporte plus ou moins sur le dos et cela le plus naturellement du monde…

Un autre point sur ce sujet est le fait que le dos doit être en premier lieu « souple » car étant la liaison entre l’avant et l’arrière main et on sait bien qu’une densité musculaire importante tend a interdire la souplesse…

Troisième point du dossier, quand voit on un cheval et même un poulain être vraiment en difficulté lors de la mise en selle de son cavalier, même un cavalier plutôt lourd ? …pratiquement jamais, c’est en tout cas très rare et donc laisse supposer que la musculature « naturelle » suffit a son bon rendement….

Il ne faut pas perdre de vue que ce n’est pas le dos qui aide au piaffer, au passage ou au saut d’obstacle mais certainement les abdos et surtout l’ensemble de l’arrière main qui lui doit être fortement concerné par le travail musculaire…

Nous avons eu l’effet de mode du soi disant « travail » du dos en « extension vers le bas » naseaux pratiquement dans la sciure sous l’influence de certains vétérinaires bien en cours fédérale vers les années 60/70…

Je connais, je m’y suis adonné moi même avec frénésie et durant pas mal de temps et a la réflexion sans tellement de satisfaction, a part d’avoir un cheval totalement déguinguandé et sans aucune expression musculaire dans sa mouvance… Le problème du « dos » en travail au cours du dressage: on n’en parle pas…a moins que le cheval recevant la charge inopinée du cavalier sur son dos ne soit en total déséquilibre comme par exemple a la réception d’un obstacle ! (HD)