Guy Boivin

Un dresseur-enseignant inspiré par les principes de l’Ecole Française, intervenant au sein de « Equitation Française & Patrimoine Equestre » (association loi 1901).

Imprégné des principes de l’Equitation Française (fin du 19è début 20è) et fervent partisan de l’équitation d’extérieur tant pour la formation du cavalier que pour la préparation du cheval de sport ou de loisir.

Diplômé d’état ayant pratiqué les montes sportives de courses (plat, steeple, trot monté et attelé) ainsi que la grande vénerie. Il enseigne les trois disciplines équestres sportives cso, cross, dressage.

Maître randonneur, formateur de professionnel, guide de tourisme équestre et juge national, organisateur de grandes randonnées, a pratiqué et enseigné le Trec et l’endurance.
Auteur d’un mémoire sur le système naturel de Frédérico CAPRILLI traitant de l’équitation de campagne (militaire), et à ce titre, se perfectionna et développa ses connaissances grâce à la Scuola Militare di Equitatzione à Montemaggiore (héritière de l’équitation Caprillienne).

De 1992 à 2018 : dresse et redresse de nombreux chevaux de loisirs aux airs de haute-école par les données de l’Ecole Française revisitées et enseigne l’application des principes de ce dressage.

Vers une Haute-Ecole de loisir pour tous

La dominance des protocoles équestres contemporains, insufflés par les élites de la compétition actuelle, tend à imposer une pensée unique globale et restrictive. Si cette dominance se révèle adaptée au standard du cheval de compétition et aux regards de leurs juges, elle ne s’en révèle pas moins sur le terrain, inadaptée aux besoins des cavaliers-propriétaires motivés par une pratique ludique du dressage et remontés en chevaux « tout venants, non standardisés ».

Dans le cadre de cette pratique, force est actuellement de constater que sur le terrain toute perspective ou ambition d’accéder à un niveau supérieur ou académique ludique reste inaccessible.

Le poids d’une pensée unique restreint les perspectives, prive de la richesse en technicités équestres, limite la pédagogie, et finit par éteindre la culture, notamment équestre française.